Aller au contenu

Ma premère exposition

Retour à la galerie

Catégorie : Conseils

Nombre de consultations : 20

Publié le

Signaler cet article

Ma première exposition et mon ressenti

Je vais vous parler de ma première exposition de peintures Beaucoup vont me dire que c’est évident. Que nenni surtout si vous n’êtes pas connue!

Vous peignez depuis quelques années que ce soit en autodidacte ou en professionnel

La galerie, qui va vous exposer, va vous demander un certain nombre de toiles en fonction de la surface qui vous est allouée. Il est plus difficile d’exposer seule lorsqu’on est néophyte.

Primo, prendre en compte la situation du lieu, de la saison et ses aléas. Je m’explique ; la mienne se fait en période de Noël dans un centre-ville où il n’y a pas de place pour se garer et pas de parking aux alentours. De plus, nous sommes en période de recrudescence de COVID 19 et il n’arrête pas de pleuvoir. Il faut avoir le moral. Très peu de visite. L’avantage, c’est de pouvoir expliquer ses toiles de manière individuelle.

Secundo, avoir un sacré carnet d’adresses sinon presque pas de publicité et le temps que le bouche à oreille se mette en route…

Tertio demander comment se fait l’affichage des toiles

Pour le transport, il faut prévoir du papier bulle et bien enveloppé individuellement ses toiles. J’ai eu la mauvaise surprise d’avoir des cadres qui ont cassé. J’ai sélectionné 55 toiles de format différent pour que 41 soient retenues. Et oui, si je n’avais pas eu l’œil d’un pro (merci Daniel), je n’aurai pas su faire la mise en valeur.

Pour l’accrochage prévoyez de la ficelle fine, un rouleau de scotch, des pastilles double-fix, des petits pitons pour fixer les toiles qui ne sont pas encadrées. J’ai souvent acheté des cadres cerclé de noir puisque mes tableaux sont assez colorés. L’inconvénient c’est que cela plombe l’atmosphère.

Vérifier l’accessibilité du lieu d’exposition, Mon lieu comporte beaucoup de marches pour l’entrée principale. Il y a bien une entrée secondaire mais laisser la porte ouverte lorsqu’il fait froid, ce n’est pas évident. En tant que déficiente visuelle, mon combat c’est l’accessibilité aux loisirs et à la culture pour les personnes atteintes d’un handicap. Je pense aussi aux personnes retraitées et ou âgées.

Je n’ai vu en trois après-midi que 15 personnes (vernissage compris). Elles ont eu l’air d’apprécier. Voulaient-elles me faire plaisir, c’est une autre histoire. J’espère que lorsqu’on m’a dit j’adore ou j’aime, c’était sincère.

Votre présentation lorsque vous êtes un ou une illustre inconnue :

Prévoir des cartes à distribuer avec les liens sur les endroits internet où vous publier. Je n’en n’ai pas.

Faire faire une petite brochure où vous montrerez certaines de vos toiles aux personnes intéressées (je citerai le site CEWE, c’est celui que j’utilise aussi pour faire mes calendriers de Noël, idées de cadeaux).

Faite une liste avec les numéros, les titres des œuvres, le format de la toile, la technique utilisée et éventuellement le prix.

J’en profite pour faire de la publicité sur la 20ème biennale des amateurs qui aura lieu à la Galerie municipale Julio Gonzalez à partir du 16 décembre 2021 jusqu’au 29 décembre 2021 - 21 Av. Paul Doumer, 94110 Arcueil t dont les invités d’honneur sont deux personnes dont j’ai eu le grand plaisir de faire connaissance : Grazziela STAFFIERI-HERCHIN ET Guy DELALANDE.

Je n’ai pas les horaires mais voici le numéro de téléphone : 01 46 15 09 74

J’y exposerai

Cet article m'inspire...


de la joie
0


de l'encouragement
1


de la perplexité
0


de la tristesse
0


de la peur
0

Imprimer


Autres articles de l'artiste MH - Martine Hengel

20ème Biennale des Amateurs d’Arcueil

le

En cette période de pandémie, cette biennale a pu être maintenue. On n’y croyait pas mais quand même quarante artistes amateurs environ ont pu présenter leurs œuvres et quatre-vingt personnes environ ont assisté au vernissage. Merci aux organisateurs (Association 3A, le Centre Culturelle Communal Erik Satie, la Galerie Julio Gonzales) et à ceux qui soutiennent ce genre d’évènements soit par une subvention financière (Municipalité) et/ou par leur présence, le bénévolat ou en faisant en sorte que le bouche à oreille fonctionne.

L’avantage de ce genre d’exposition, c’est que c’est la créativité qui est mise à l’honneur que ce soit en numérique, en peintures (n’importe quelles techniques), linogravures, confections textiles, sculptures, recyclages de matériaux, etc…

Je vais citer les deux invités d’honneur :

Guy DELALANDE né en 1929 qui fait des créations numériques superbes. Je trouve admirable la manière dont il utilise son ordinateur...

Lire cet article

Street art: art éphémère

le

Il fut une époque où, malgrè ma vue descendante, je prenais plaisir à découvrir l'art de rue. Et le meilleur moyen pour moi, c'était prendre le bus et mon smarpthone. Lorsque les dessins représentent un évènement et que  depuis les murs ont été effacés, il reste la photo, un autre art. C'était à la Poterne des Peupliers à Paris.  J'ai fait ces photos le 1er mars 2019. Le fait  de  faire ces photos m'a permis de faire  des rencontres. Nous avons discuté en dehors de tout clivage politique. Entre regards intrigués, sourires et gestuelles, le moment m'a laissé de bons souvenirs. Regards intrigués de la part des  automobilistes, des piétons. Je comprends leur réaction. Une personne avec  des lunettes aux verres foncées... Il m'est souvent demandé pourquoi, je porte des lunettes de soleil et je jette un froid lorsque je dis que ce sont des lunettes de vue. Ces photos, j'essaie de les mettre un peu partout pour qu'il en reste une trace. Les dessins sont...

Lire cet article

Présentation d’Andrew Atroshenko

le

Les tableaux que je vous présente aujourd’hui sont d’un artiste que j’aime énormément. Mes coups de cœur vont dans tous les domaines. De cet artiste qui a un large éventail, j’ai retenu quelques tableaux qui représentent la femme, la danse et la musique. Thèmes chers à mon cœur. Ses tableaux sont vibrants : mouvement, expression des gestes, regard, couleurs et détail des tenues. Ses peintures ne se survolent pas, on s’en imprègne. A voir et à revoir. J’ai eu du mal à sélectionner.

Biographie issue des liens ci-dessous

Andrew Atroshenko est né en 1965 à Pokrovsk, en Russie. Il commence à étudier la peinture dans une école d'art pour enfants en 1977, puis 2 ans après, il entre au Collège Bryansk et en 1991, il est admis à l'Académie d'Art de St. Petersburg, l'école d'art la plus prestigieuse.

En 1994, Andrew participe à de nombreuses expositions et après avoir obtenu le diplôme de l'Académie d'Art de St. Petersburg, il est invité à...

Lire cet article

Accéder à tous mes articles