Aller au contenu

quelle peinture j'utilise

Retour à la galerie

Catégorie : La peinture en aplat

Nombre de consultations : 10

Publié le

Signaler cet article

Dans les tous premiers temps, j'ai utilisé des Plaka de Pélikan, peintures à la caséine toutes faites, d'un très beau rendu mat et velouté, naturelles, sans odeur, diluées à l'eau, fluides. Elles avaient un inconvénient, la conservation. Il fallait les remuer toujours beaucoup avant de s'en servir et elles finissaient par prendre en masse compact et inutilisable.

Peinture paysanne sur les objets, les meubles, oiseaux, fleurs, c'est avec ces motifs et ces peintures que j'ai débuté il y a à peu près 20 ans.

Après un grand break pendant lequel j'ai fait beaucoup de dessins et mise en couleursur informatique, puis du coloriage manuel aux feutres et marqueurs de mes dessins sur de simples feuilles, je suis passée à l'encre sur des feuilles à dessin plus épaisses et appropriées, mais ce n’était pas encore satisfaisant à mon goût, alors je suis revenue à mes premières amours, la peinture !!!

j'ai pensé revenir aux Plaka qui m’avaient bien convenu mais introuvables sauf sur le net que je n’avais à l’époque pas, j’ai trouvé de l’acrylique au magasin du coin et fait avec un moment, puis d'après l'idée d'une copine, j'ai acheté des pigments, sans trop savoir comment m'en servir ni avec quoi. J'ai trouvé du liant acrylique pour les diluer sauf que le rendu est brillant . . . et je préfère le mat.

J'aurais voulu un liant le plus naturel possible comme la caséine ou la colle de peau mais l'inconvénient majeur de ces liants naturels étant la conservation, je ne me voyais pas en refaire un tout petit peu tous les quatre matins, ni jeter mes couleurs parce qu'elle ne se conservent pas !

J'ai donc fini par essayer du médium acrylique mat et fluide et du gesso transparent, et là, j'ai enfin trouvé mon bonheur !

Je mélange d'abord les pigments avec une toute petit quantité d'eau de façon à faire une pâte puis j'ajoute le médium, j'obtiens une peinture fluide, onctueuse, du velours liquide !

Certaines couleurs sont peu couvrantes et nécessitent deux voire trois et même quatre couches pour que cela soit uniforme, d'autres n'en demandent que deux.

Cette peinture, bien que devant se remuer également avant chaque utilisation, me satisfait grandement car de sa fabrication à son utilisation, j'ai l'impression de manipuler quelque chose de vivant !

Cet article m'inspire...


de la joie
0


de l'encouragement
0


de la perplexité
0


de la tristesse
0


de la peur
0

Imprimer


Autres articles de l'artiste Nickie

La peinture en aplat

le

La peinture dite «en aplat» est faite d’une couleur étalée sur une surface de façon uniforme, pour qu’elle ne varie ni en luminosité, ni en pureté, sans y admettre de dégradé ni de modelé. Les formes peuvent y être délimitées ou non par un trait de contour plus ou moins large.

L'aplat suppose une stylisation, c'est-à-dire une réduction aux lignes principales et a un caractère nettement décoratif. D'importants courant de la peinture moderne le valorisent, à l'instar de Henri Matisse, du douanier Rousseau, de Piet Mondrian

C’est aussi la façon la plus ancienne de manipuler les couleurs pour en faire des fresques murales.

Ses utilisateurs les plus lointains en ont orné des grottes, puis dans le temps qu’on appelle «l’antiquité», les égyptiens, les phéniciens, les perses, les minoens, les grecques, bref toutes les peuplades du monde antique méditerranéen ont peint de cette façon leurs tombeaux, leurs palais, leurs poteries, laissant pour nous...

Lire cet article

Accéder à tous mes articles