https://www.expositionpeinture.com

DESSINS. Laval en 53 clins d'oeil; N° 2

PROLOGUE
Par ce mélancolique soir d’automne, je me trouvais dans le petit square juste en face de la Porte Beucheresse. Un vague sentiment de nostalgie nuançait mes pensées de la couleur du temps. Ma jeunesse s’était enfuie comme ces nuages qui parcouraient le ciel, emportant avec eux tant de témoignages du passé… J’évoquais ainsi cette statue de Jarry, qui s’était si longtemps dressée en cet endroit et qu’on avait transportée ailleurs. J’en revoyais tous les détails. Figé pour l’éternité dans une attitude des plus fatigantes, le père Ubu est campé sur un vélo fait pour rouler exclusivement dans les nuées; pistolet dans une main, une liasse de feuillets dans l’autre, il parvient à écrire tout en maintenant son regard tourné vers le ciel, ce qui dénote une rare faculté de concentration jointe à un sens quasi miraculeux de l’équilibre. L’absorption régulière d’absinthe et d’éther faciliterait-elle ces capacités ?
1
Je rêvais ainsi, devant la porte huit fois séculaire, quand une voix demanda derrière moi :
- Emouvant, n’est-ce pas ? A quoi pensez-vous ?
Je me retournai pour apercevoir un petit bonhomme vieillissant dont je n’avais pas soupçonné l’approche. D’où venait-il ?
Il eut un sourire propitiatoire :
- Excusez-moi, dit-il, je sais bien que je ne devrais pas aborder les gens comme ça. Mais c’est plus fort que moi ! Quand je rencontre une personne que je sens réceptive…
- Réceptive à quoi ?
- A mes élucubrations.
- En somme quelqu’un qui vit un peu en dehors des réalités quotidiennes ? Je comprends, vous êtes bien tombé.
- J’en étais sûr ! dit galamment le monsieur. Ca se voit tout de suite, il suffit de quelque intuition…

Dessin : La Porte Beucheresse avec la silhouette d'Alfred Jarry. (3)