Aller au contenu

WINDOWS, questions de seuils "inframinces"

Retour à la galerie

Commentaires (0)

Nombre de consultations : 12

Publié le

Signaler cet article

Le seuil, un espace de création entre - un monde du dedans et un monde du dehors - l'intime et "l'extime" - soi et l'autre. Le seuil, un espace de mouvement et en mouvement - un espace de dissolution et d'effacement - un espace de mutation. "Fresh window", présentifie l'absence de la lettre "n", qui par son élision évoque phonétiquement "French Window", une fenêtre à double ventaux et non une fenêtre à guillotine comme on les trouve aux États Unis. Ce fut l'exigence posée par Duchamp à la réalisation de ce readymade.

"Fresh widow" signifie "veuve récente" ou "celle qui fut veuve récemment". Celle donc qui est en deuil. Mais deuil de qui? ou devrait-on dire de quoi? De "l'art rétinien"? Deuil de la représentation? Duchamp a-t-il pensé sérieusement à la mort de la peinture? À la mort de la forme picturale? Il est permis d'en douter un peu. La peinture (Le tableau, la fresque) comme produit d'un acte de création est la trace de ce mouvement-là, agi par un artiste peintre. La trace offerte, parfois invisible et ineffable laissée au "regardeur". Le grand mystère d'une énigme à dévoiler. Il est de ces traces rétiniennes qui ne sont que pures décorations, qu'apologie du style et de la forme sans un "pas" de plus, singulier, produit dans "l'inframince". Celle-là peut-être est-elle morte pour lui. Mais est-ce un deuil? Faut-il renoncer aux fenêtres ouvertes sur le monde par Alberti ? Ouvertes sur des mondes, serait-il opportun de dire et inaugurées par le jeu de la perspective linéaire et de toutes celles qui lui ont succédé; perspective atmosphérique ou aérienne, perspective sphérique, curviligne......La fenêtre est une représentation d'un seuil, celui d'un espace de création en mouvement.

Cet article m'inspire...


de la joie
0


de l'encouragement
0


de la perplexité
0


de la tristesse
0


de la peur
0

Commenter Imprimer

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Veuillez noter que pour éviter tout abus, votre adresse IP sera enregistrée lors de la validation de ce formulaire. Nous la conserverons pendant maximum 12 mois.

 Champs obligatoires

Votre adresse e-mail ne sera pas visible sur le site et ne servira pas à vous envoyer de publicité. Elle sert uniquement à vous prévenir en cas de réponse. Votre adresse e-mail restera confidentielle.
@

Souhaitez-vous être tenu informé des réponses apportées à votre commentaire ?

Veuillez résoudre le calcul suivant : 6 - 1 = ?
Vous pouvez vous aider de la calculatrice ci-contre.

Autres articles de l'artiste Jean-François Ferbos

LE SEUIL, UN TRAVAIL DE LISIÈRE

le - 0 commentaire


« De fait, notre travail consiste non à défendre des limites imperméables, mais à œuvrer sur leurs lisières pour décider à chaque fois où se trouve la jointure. Travail épuisant, local, qui n’a pour guide que quelques orientations éthiques. ». CIFALI M., 2020, Tenir parole. Responsabilités des métiers de la transmission, Paris, PUF.

La question qui se pose est « pourquoi le seuil ? » et « où la singularité de cette représentation se situe-t-elle, étant une reprise de Caravage ? ».

Face à ce modèle que j’ai choisi, je crois qu’elle se trouve dans la micro variation, dans « l’inframince » que je souhaite prendre à rebours de Duchamp, en un sens, avec ses « ready-mades ». J’avance en quelque sorte, que l’art rétinien n’est pas mort, contrairement à ce qu’il a annoncé. Et, en reprenant sa théorie sur cet « inframince », je fais une proposition : il est possible d’accepter et d’annoncer sa dette envers l’histoire...

Lire cet article

Accéder à tous mes articles

Peintures contemporaines à la une

Découvrez également d'autres peintures d'artistes peintres exposant sur la galerie d'art en ligne